Pascal CORNIER

Photographies. Reflets abstraits du quotidien.

 

MON PARCOURS

De mémoire, j’ai toujours eu un appareil photo en main. Le premier, c’était un Instamatic 25. Il parait que je faisais des photos étonnantes, des photos de tiges de fleurs au travers des vases…

1981 – Une photo – 2 amies dans un sous bois, léger contre-jour. Avec un film très sensible, un bas coloré devant l’objectif pour flouter, c’était la grande époque Sarah Moon – me décide à vivre ma passion. Je serai photographe. Deux photographes me marquaient particulièrement : Maisel et Roïter. Précurseurs dans leur approche, dans leur conception de l’image, ils étaient tous les deux amoureux de la couleur.

1982 – J’étais indépendant, je travaillais pour des entreprises, essentiellement dans la construction dont l’entreprise Bouygues. Son fondateur, Francis Bouygues, décide alors de recruter un jeune photographe pour développer l’image de son entreprise. J’ai accepté ce défi-là. J’ai du imposer mon regard, mon approche, en façonner l’image. Bouygues était à l’époque très différent d’aujourd’hui, j’étais le seul artiste dans un monde d’ingénieurs. J’ai cultivé cette différence pendant 20 ans.

De tous mes reportages à travers le monde, je ramenais des ciels. J’aimais bien ce travail sur la couleur mais je n’en étais pas satisfait, je ne le trouvais pas abouti. Je les présentais à quelques expos. Et pendant des années, j’ai été incapable de réaliser la moindre image. Rien à dire. Comme un peintre devant sa toile, sec ou un écrivain, vide devant sa page blanche. C’était frustrant, déséquilibrant. Jour après jour, je laissais tomber, j’abandonnais l’idée de faire la moindre image. Après coup, il fallait franchir ce chemin là, d’autres la traversent, cette épreuve.

2005 – Un petit port en Grèce, Sténi Valla, dans l’île d’Alonnisos. Au petit matin, mon heure préférée. Je me lève tôt, toujours. J’ai toujours aimé ces premières heures du jour, cette connivence, ce calme, cette sérénité. Je marchais sur le quai. Et j’ai vu des couleurs, des formes se faire et se défaire, se transformer. Une véritable surprise et l’envie d’images me reviennent. De cette frustration, de ce déséquilibre que j’ai traversé pendant des années, je suis passé à la gourmandise avec bonheur. Un retour aux sources. A ma source. Un retour à mon équilibre.

De Steni-Vala à Paris comme à Venise et partout ailleurs, mes images, mes reflets, réalisés sans aucun artifice et comme à mon habitude et depuis toujours, sans filtrage ni modification de chromie, sont imprimés en un unique exemplaire.

Je suis amoureux de la mer. Elle est belle, elle est fragile. L’eau est notre source de vie et pourtant, jour après jour, on la maltraite, on la meurtrit, on l’assassine. Mes images pourront peut-être nous faire prendre conscience un peu plus encore que nous devons tous ensemble la protéger durablement. J’apporte ma toute petite pierre à l’édifice.

 

EXPOSITIONS

Galerie Jamault / Paris, France) – Exposition personnelle au profit de la fondation GoodPlanet – Novembre 2019

Galerie Jamault / Versailles, France – Expo-vente au profit de l’association Unisep – Novembre 2012

Grand Palais / Paris, France – Art en Capital – Expo-vente au profit de l’association Unisep – Novembre 2009

Beyrouth, Liban – Expo-vente au profit de l’association les amis du Liban – Octobre 2009

Carrousel du Louvre / Paris, France – Les grands maîtres de demain – Septembre 2009

Porte de Champerret / Paris, France – Salon des Indépendants – Avril 2009

Salle Modigliani / Paris, France – Exposition-vente au profit de l’association Les petits Princes – Février 2009

Carrousel du Louvre /Paris, France – Salon ArtShopping – Octobre 2008

Carrousel du Louvre / Paris, France – Salon ArtShopping – Juin 2008