Jean-Luc RENAUD “Une vie moderne” – chap 121 – From me to you

800,00

Digigraphie de Jean-Luc Renaud.

Série Une Vie Moderne.

Tirage numéroté et signé – limité à 20 exemplaires.

Format : 100×100 cm

14 en stock

Catégorie Tags:

Description

Jean-Luc RENAUD “Une vie moderne” – chap 121 – From me to you

 

Cette oeuvre est un chapitre de La Vie Moderne, série de Jean-Luc Renaud.

A ce titre, elle est accompagnée d’un texte écrit par l’artiste.

Livraison en tube.

A noter qu’en galerie, l’oeuvre est également disponible encadrée (1400€).

Chapitre 121. From me to you – janvier 2008

La bouche de Robert Taylor contre la joue d’Hedy Lamarr. La première actrice à paraître nue dans un film. Deshonored lady. Et cette photo qu’il avait découpée dans un vieux numéro de Monde. Robert avait encore de ces attachements adolescents. Il était tombé amoureux de l’actrice en la voyant jouer dans Tortilla Flat et ce béguin ne lui était jamais passé. Il allait souvent au cinéma seul ou accompagné et les films américains avaient sa préférence. Il se moquait bien de la qualité artistique de ceux qu’il allait voir. Il aimait les actrices, ces femmes qui réinventaient la passion amoureuse, la haine, la douleur et le désespoir. Il achetait tous les magazines spécialisés et les connaissait toutes. Mais il n’y aurait jamais qu’une seule Hedy Lamarr.

Jean-Luc RENAUD

Jean-Luc RENAUD : “Le Hip-hop de la peinture”

Les musiciens du hip-hop se nourrissent de la musique des autres pour écrire la musique de leur époque… « What ? Why did you ask that ? What do you know about my image duplicator?” … Ils triturent, ils dépècent le matériau musical pour lui redonner vie et inventer une nouvelle et subtile combinatoire qui donne une place centrale au collage et à la citation. « What ? Why did you ask that ? What do you know about my image duplicator?” Des peintres ont, en leur temps, procédé de même, par et pour la peinture. Le grand Roy Lichtenstein a voulu laisser une image du monde qui soit bien à lui et, pour ça, il n’avait que la peinture. Alors il s’est arrangé pour que cette peinture, on la reconnaisse au premier coup d’œil ; il a mis cette trame d’imprimerie partout sur ses tableaux et ainsi, a pu faire siennes des images empruntées aussi bien à Disney qu’à Cézanne ou à ces illustres illustrateurs de Comics dont personne n’a retenu le nom… « What ? Why did you ask that ? What do you know about my image duplicator?” A première vue, ma peinture n’a pas grand chose a à voir avec celle de cette grande figure du Pop Art. Sauf qu’elle fonctionne de la même manière et qu’elle n’est rien d’autre, elle aussi, qu’une sorte de machine mentale et picturale qui s’alimente de toutes les images pour aboutir à des tableaux que je signe de mon nom. « What ? Why did you ask that ? What do you know about my image duplicator?” Alors, s’il faut se donner des directions comme le prétend Joseph Beuys, je vais dire que je suis un artiste hip-hop. Parce que je suis de mon époque et parce que nous sommes tous des artistes hip-hop depuis que l’art existe. Je suis un artiste hip-hop parce que je ne veux me priver d’aucune technique, ni d’aucune influence, d’aucune nourriture ; je veux vivre toutes les vies de la peinture, avec brutalité, excès, vitesse, emphase … Je veux peindre pour peindre, peindre pour exprimer le jus de vie que j’ai en moi. Ma nourriture, je la trouve tout autour de moi, partout dans cette époque du tout-image. Je veux peindre pour être plus vif que mort et parce qu’avant que tout finisse avec de la peinture et un pinceau, il y a la vie, des rencontres, des engagements personnels, des amours, des envies de dire et de s’approprier les choses. Il y a l’Afrique qui est devenue mon Afrique et il y a eu Joseph Beuys qui est devenu mon Saint Joseph. Il y a le sol de mon atelier et il y a le ciel plein d’étoiles. Peindre, c’est pour moi essayer de m’approprier les choses avant de vous les rendre, dans ma version. Il n’y a pas toujours beaucoup d’ordre dans tout ça mais c’est que ma peinture trace les figures des choses plus qu’elle ne les dit avec des mots … « What ? Why did you ask that ? What do you know about my image duplicator?”